MENU
Retour à la liste
Carnet de voyage

Petite odyssée entre amis

Le 2 mai, notre Nicols 1100 nous attend au port du Buzet. Pour certains d’entre nous, c’est la troisième fois qu'ils louent un bateau Nicols. Nous sommes trois couples : Chantal, Françoise et Fabienne, côté femmes.
Antoine, Christian, le capitaine et Denis, côté hommes.
Avant-hier encore, nous devions partir de Bouzies. Mais la météo, tout à coup s’est montrée capricieuse. Du coup, la croisière Lot-Quercy est abandonnée. La Baïse, fleuve moins imprévisible, est retenue. Commence alors une petite odyssée entre amis.

Sur la route du Buzet. (Lot et Garonne)
De grand matin, nous frappons chez Fabienne et Denis. Ils doivent nous conduire jusqu’à Sarlat.
Nous y retrouverons notre capitaine, et Chantal, notre photographe. Le temps nous sert une soupe de brouillard, de pluie et de vent. Moral au beau fixe cependant. Après une restauration rapide, nous retrouvons nos potes sur le parking de l’hôtel Altica de Sarlat. Vite installés dans nos chambres, nous partons pour la ville et une soirée mémorable.

Samedi 2 mai, sur la route de Buzet, le soleil et un bourg sympa : Villeréal ( Lot et Garonne.)
Sur notre chemin, c’est jour de marché à Villeréal. On s’arrête pour goûter aux plaisirs d’une balade colorée et vivante.
Nous arrivons à bon port, c’est-à-dire au port du Buzet, avant midi. Pique-nique à la bonne franquette, puis, après les sympathiques recommandations d’usage, c’est l’embarquement sur notre Nicols 1100, le Comte d’Albret. Passons la première écluse, avec un jeune éclusier à la manœuvre, et vogue sur la Baïse…

Sale mais sereine Baïse.
Il y a eu, avant notre arrivée, de gros orages qui ont malmené son cours et raviné ses berges. L’eau n’est pas claire et beaucoup de branchages et détritus s’accumulent sur les rives. Pas d’obstacles majeurs cependant. La rivière nous apparaît calme, reposante, dans un cadre naturel, verdoyant et sauvage. Cela tombe bien, car nous allons naviguer sur cent trente kilomètres environ et passer une quarantaine d’écluses.
Au cours de cette croisière fluviale, nous croiserons des chutes d’eau, des cascades, de vieux moulins et d’anciennes maisons éclusières. Ces maisons portent souvent des noms enchanteurs, comme «la Grange mon repos» ou encore celle qui fut nommée étrangement «Sorbet».
Une végétation méditerranéenne est perceptible. Jacarandas, palmiers, arums retiennent le regard.
La sobre beauté des ponts s’impose à nous. Mention spéciale pour le pont-canal de Vianne et les superbes ponts anciens en pierre de Moncrabeau et de Nérac.
Le passage des écluses demande une grande attention. Il faut repérer les pontons,ne pas les rater et aller ensuite déclencher l’ouverture des portes. Et là, c’est Denis notre « superéclusier» qui déploie tous ses talents sportifs et sa superbe adresse. Seule ombre au tableau : l’humidité des rosées matinales que redoutent ses pieds, surtout qu’il n’a prévu qu’une paire de baskets.

Aux bonheurs des accostages.
L’accostage dans les ports est toujours un instant charmant et prometteur. A Vianne, (Lot et Garonne) en soirée, après quelques courses de ravitaillement, nous avons pu découvrir les fortifications de cette bastide et les séductions d’une verrerie d’art.

La fête à Nérac. (Lot et Garonne)
Nérac est sans conteste le plus joli port de la vallée. Le matin, le quartier de l’église Saint Nicolas avec la maison de Sully semblent dormir d’un sommeil de plomb. L’après-midi, en revanche, sous les statues de Henri IV et celle du physicien Jacques de Romas, c’est défilé de chars et de musiciens et la fête foraine qui bat son plein, tonitruante, endiablée.
Pour le silence et la mélancolie, il y a le parc de la Garenne. On y découvrira, toute blanche, la statue de la pauvre Fleurette, prisonnière à jamais de son triste destin : séduite et abandonnée par Henri IV, elle s’est jetée dans la Baïse.

Les menteurs de Moncrabeau. (Lot et Garonne)
Ici, le premier dimanche du mois d’août, en grande pompe, une académie de 40 membres élit son monarque de la menterie. Les aspirants au titre doivent montrer qu’ils sont passés maîtres dans l’art de travestir la vérité. Au menu, brillantes joutes verbales et cérémonie haute en couleurs. Mais à quoi peut ressembler une menterie moncrabelaise? En voici un exemple : un des candidats, en son temps, avait amené, sur le thème des métiers disparus, celui de « dépuceleur»
Pour nous apprendre par la suite qu’il fallait entendre par là tueur de puces !
Le trône royal est visible derrière l’église. Marseille a ses galéjades, Moncrabeau ses gasconnades.

Condom, une belle endormie. (Gers)
A Condom, immortalisés dans la pierre, sur le parvis de la cathédrale Saint Pierre, non loin de l’ancien cloître gothique, D’ Artagnan et ses célèbres mousquetaires croisent le fer avec une feinte fureur « En garde! »
Avec ses beaux hôtels particuliers, son jardin public quasi abandonné, la ville dont Bossuet fut l’évêque, se prête admirablement à la rêverie.

Valence-sur-Baïse. (Gers)
Un petit port bien accueillant. Un village juché à flanc de coteau. Une grande place carrée où se pressent l’église et la mairie. Après midi, nous gagnons à pied l’abbaye cistercienne de Flaran.où nous découvrons des documents et des objets relatifs au pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle. Mais également une riche collection de photos et de peintures. Des Picasso et des Manet sont là, parmi d’autres. Grand parc pour la méditation. Jardin de simples et de plantes médicinales. Au retour, le long du sentier, nous avons cueilli quelques fleurs. Le soir, l’intérieur de notre Nicols 1100 embaumait le printemps !

Escapade.
De retour à la base, demi-tour, cap sur l’Est. La Garonne, ici, est calme et majestueuse. Arrêt au Mas d’Agenais, un des plus vieux village du Lot et Garonne. Sur la place, la halle au blé remarquable et, à quelques pas, dans la collégiale Saint – Vincent, le magnifique Christ-Roi de Rembrandt.

Eléments de synthèse.
De ce voyage, nous retiendrons la gentillesse de l’accueil, la fougue des festivités. Pays des repas plantureux, des soupes goûteuses, des vins de Buzet qui vous grisent, des pousse-rapière qui si vite vous enivrent. N’est-ce pas Françoise ?
De ce voyage, nous retiendrons les hilarantes parties de pêche de notre capitaine. Les énormes fous rires lors de l’accrochage des hameçons. La disparition d’une canne à pêche mal arrimée. Les huit gardons plus ou moins dodus, poêlées et appréciés par les amateurs seulement. Les parties de Uno, un jeu branché. Mais qui est vert ? Mais qui est bleu ? Et qui triche honteusement ?
De ce voyage, nous retiendrons les moments de rêverie au fil de l’eau, les silences avec en toile de fond sonore le paisible ronronnement de notre Nicols 1100.
De ce voyage, nous garderons en mémoire un temps moyen mais lumineux, avec un petit crachin et un timide brouillard parfois. Même pas besoin d’avoir un beau temps éclatant !
De ce voyage, nous garderons en mémoire une expérience enrichissante, sous le signe de la joie de vivre et le bonheur de naviguer.

Françoise et Antoine.

Partager l'article

A lire aussi

Nicols utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation.

J'accepte ×