MENU
Retour à la liste
Carnet de voyage

Une semaine de rêve sur le Canal du Midi en péniche

Fabienne et Sylvain Colas ont embarqué pour une semaine de croisière sur le Canal du Midi, accompagnés d’un couple d’amis. Ils nous racontent leur escapade fluviale sur la voie royale du tourisme fluvial.

Canal mythique, merveille hydraulique avec ses ponts-canaux, ses écluses pittoresques et ses voies d’eau bucoliques bordées de platanes, cyprès et pins parasols : le Canal du Midi nous faisait rêver depuis de nombreuses années. Après plusieurs locations de bateaux comme passagers sur de courtes durées, nous avons embarqué, avec un couple d’amis, pour une semaine de navigation de Port-Lauragais au Somail sur une péniche Nicols sans permis. Et je peux vous assurer que cette escapade au fil de l’eau sur ce canal de légende a été à la hauteur de nos attentes !

Direction Port-Lauragais, où nous avons récupéré notre yacht et point de départ idéal pour une croisière sur le Canal du Midi. Cassoulet du Lauragais, vin de Cadours, miel local, sucreries à la violette de Toulouse : nous avons fait le plein de produits du terroir à la Maison de Haute-Garonne avant d’embarquer sur notre bateau. De quoi dépayser nos papilles lors de nos déjeuners gourmands tout au long de notre navigation.

 

Premières écluses et premières rencontres sur le Canal du Midi

A quelques centaines de mètres de Port-Lauragais, nous rencontrons notre première écluse, typique du Canal du Midi avec sa forme ovale : l’écluse de l’Océan. La première d’une longue série puisque nous avons franchi pas moins de 60 écluses pendant notre semaine de croisière (si j’en crois le catalogue Nicols car nous avons fini par perdre le fil !). Lorsque nous avions choisi cet itinéraire fluvial, nous avions été impressionnés par le nombre de sas à franchir avec le bateau. Mais le passage des écluses fait vraiment partie des temps forts d’une navigation sur le Canal du Midi et n’est jamais lassant ni monotone : les échanges avec les autres plaisanciers et la convivialité des éclusiers et des bateliers font de la croisière une expérience humaine incomparable. D’autant que certaines écluses valent à elles seules une mention.

Une vue du canal du midi © Gill Haynes

 

A peine le temps de se remettre de nos émotions après la majestueuse traversée de Castelnaudary et sa vue imprenable depuis le Grand Bassin sur les façades typiques de la vieille ville que nous atteignons les 4 écluses de Saint-Roch. Ombragé par deux moulins, une minoterie et les platanes centenaires du canal, cet “escalier d’eau” marque le début d’une zone riche en écluses. Quelques manœuvres, marches avant/arrière et amarrages plus tard, sous le regard attentif des passants assis au bord de l’eau, et nous franchissons les 10 mètres de dénivelé avec notre péniche. Nous nous sentons pousser des ailes : il y a quelques instants encore, nous n’étions que de simples moussaillons, et nous voilà devenus de vrais capitaines ! Encore quelques kilomètres et une nouvelle écluse remarquable nous attend : celle du Vivier avec son échelle de trois écluses. Agueris par le passage des écluses de Saint-Roch, nous manœuvrons notre yacht aisément d’une écluse à l’autre. 

 

De Castelnaudary à Carcassonne en péniche

Ce voyage au fil de l’eau nous fait aussi réviser les bases de la géographie française : après les plaines du Lauragais, nous serpentons sur le Canal du Midi entre les collines rocheuses couvertes de vignes du Carcassès, à l’approche de Carcassonne. La cité médiévale fait partie des escales phares de notre croisière. Nous amarrons notre bateau au port pour rejoindre les remparts à pied.

Faire une croisière fluviale sur le Canal du Midi offre aussi des expériences qu’on ne peut vivre qu’en étant sur l’eau. Nous avons été particulièrement impressionnés par la navigation sur les aqueducs et ponts-canaux qui enjambent les cours d’eau et autres rivières. Sur le pont-canal du Fresquel, l’expérience est particulièrement insolite : piétons, vélos, automobilistes et bateaux s’y croisent. Les voitures ont ralenti sur le pont pour profiter de notre passage ! Notre semaine de navigation nous réserve d’autres traversées d’aqueducs : le pont-canal de Riquet sur le Répudre (le plus connu car il s’agit du plus vieux du monde !), celui d’Orbiel ou de la Cesse.

 

Belles rencontres au fil du canal

Mais ce que nous a appris cette expérience de croisière, c’est qu’une semaine de navigation sur le Canal du Midi est avant tout un art de vivre : les bons plans qu’on s’échange entre plaisanciers et les amitiés qui se nouent pendant les passages d’écluse, les paysages qui défilent à 12 km/h, les escales impromptues dans les hameaux au bord du canal, les apéros improvisés dans des cadres idylliques bercés par le clapotis de l’eau, le charme des maisons éclusières qui ont chacune leur identité propre...

Si nous devions n’en retenir qu’une, ce serait celle de l’écluse de Puichéric, à mi-chemin entre Carcassonne et Le Somail. Ici, l’éclusier est aussi un artiste. Il se présente d’ailleurs comme “éclusier-sculpteur” ! Avec ses personnages, animaux et humanoïdes en métal sculptés à la tronçonneuse, son écluse aux airs de musée d’art contemporain à ciel ouvert n’est semblable à aucune autre. Voilà le genre de surprises qui font de cette croisière sur le Canal du Midi une escapade unique !

Les réalisations de l’artiste de
l’écluse de Puichéric © Arnoldi Design

 

Expériences insolites lors des escales fluviales

Voguer au fil de ses envies, c’est aussi découvrir par hasard… qu’on cultive du riz sur les bords du Canal du Midi, dans les rizières de Marseillette. Sans les conseils d’un couple habitué des croisières fluviales dans la région, croisés lors d’un amarrage pour la nuit au port de Bram, nous n’aurions jamais découvert cette spécialité locale insolite !

Quel bonheur de pouvoir larguer les amarres pour traverser le Languedoc sur ce canal de légende ! De caboter en toute liberté au cœur du Minervois, à la découverte de paysages sans cesse renouvelés par le reflet du soleil et des alignements de platanes dans l’eau. De naviguer à son rythme au milieu d’une nature paisible, loin des grands axes routiers du Sud de la France. De découvrir des hameaux, villes et villages, comme Castelnaudary, Carcassonne, Homps, Bram ou Marseillette, à hauteur d’eau. De se laisser surprendre par les terrasses des guinguettes et gargotes installées au bord de l’eau, comme autant d’invitations à mettre pied à terre et à prendre le temps de profiter de l’instant présent.

 

Le Somail, port typique du Canal du Midi à l’atmosphère unique

Même après une semaine de navigation sur le Canal du Midi, la croisière parvient toujours à nous étonner et à nous émerveiller… au point que nous aurions bien poursuivi notre escapade sur le Canal du Midi quelques jours encore !

Nous avons été particulièrement séduits par le port du Somail, où nous avons terminé notre navigation. Ce hameau au charme fou vit au rythme du canal. Ici, le temps semble s’être arrêté avec son vieux pont patiné par le temps surmonté d’une chapelle aux pieds dans l’eau, sa péniche épicerie, son impressionnante librairie ancienne restée dans son jus et ses embarcations traditionnelles qui glissent sur l’eau. 

Cette échappée fluviale nous a donné envie de réserver de nouveau un bateau l’an prochain pour poursuivre le voyage à l’Est, vers la Méditerranée jusqu’à la pointe des Onglous, extrémité orientale du Canal du Midi aux portes de l'étang de Thau. Il nous reste encore tant de trésors à découvrir ! Le tunnel de Malpas, l’impressionnante échelle de huit écluses de Fonsérannes, le pont-canal de l’Orb, le grand bief entre Argens et Béziers et ses 54 km sans écluses, le pont-aqueduc romain de Béziers, Agde et son écluse ronde : comme vous pouvez le voir, nous avons déjà bien préparé l’itinéraire de notre croisière... vivement l’année prochaine !

Vue du Somail © Heinz Storrer

Partager l'article

A lire aussi

Nicols utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation.

J'accepte ×
MAIS DE